Accueil > Quand l’IA sauve des vies

Quand l’IA sauve des vies

Les progrès en matière dintelligence artificielle offrent de remarquables perspectives d’amélioration dans le domaine de la santé. Capable danalyser une quantité impressionnante de données en un clin d’œil, elle se montre dune aide considérable pour diagnostiquer et prévenir de multiples maladies. Elle est en passe de devenir une partie indissociable des nouvelles méthodes de la médecine.

Avec des formations variées, l’AFTI, école supérieure du numérique industriel du groupe AFORP, prépare les apprentis aux nouveaux enjeux de lintelligence artificielle dans le domaine de lindustrie et de la santé. Il allie un programme théorique avec l’expérience de lalternance dans des cursus comme :

 

ETGL – Master en ingénierie et développement de logiciel

SIMIS – Licence en systèmes intelligents mécatroniques

SLAM – BTS services informatiques aux organisations option solutions logicielles et applications métiers

 

Définition et rôle de lintelligence artificielle en médecine

À ne pas confondre avec la robotisation, l’IA fonctionne de manière autonome. Elle permet à la machine d’exécuter des tâches identiques à celles que l’Homme réalise. Capable d’apprendre elle-même de ses erreurs, lintelligence artificielle sadapte au travers des données qui lui sont fournies. Plus ces dernières sont nombreuses, plus son efficacité augmente.

Dans le domaine de la santé, elle est utilisée pour de simples traductions d’ordonnance, mais aussi pour apporter un diagnostic médical grâce aux informations sur le patient, détecter avec précision des anomalies sur les imageries et même contrôler des outils chirurgicaux.

 

Une personnalisation des traitements

Grâce à une collecte de données toujours plus importante, lIA peut dorénavant offrir des solutions hautement personnalisées aux patients. Pour affiner la qualité des traitements, elle se base sur toutes les données en sa possession, des habitudes de consommation à la génétique, en passant par les immenses bases de données réservées aux médecins. Une montagne d’informations que l’esprit humain mettrait des heures à étudier, mais que les algorithmes de l’intelligence artificielle parcourent et analysent en un temps record.

 

Déjà en 2018 aux États-Unis, une IA a été autorisée à réaliser seule un diagnostic par la Food and Drug Administration (FDA) dans le cadre du dépistage de la rétinopathie diabétique. Un an plus tard, une étude de l’université de San Francisco a démontré que l’IA était capable de repérer les prémices de la maladie d’Alzheimer jusqu’à 6 ans avant les médecins. Alors que l’université de Stanford met en valeur les plus grandes facultés de détection des mélanomes de l’IA par rapport aux dermatologues, la start-up française Synapse développe un outil d’aide à la prescription pour faire gagner du temps aux médecins. D’ici quelques années, il n’est pas impossible de voir des applications nous prodiguer des conseils médicaux fiables au travers d’une simple photo grâce à l’intelligence artificielle.

 

Des projets par centaines

En matière de lutte contre le cancer, les solutions basées sur l’IA sont nombreuses. En effet, son utilisation pourrait permettre de gagner un temps précieux sur les longues études et prises de décision des comités de spécialistes chargés de définir les traitements. Le projet Hanovre a pour objectif de permettre une analyse automatique des articles biomédicaux concernés pour aider à accélérer le processus. Des chercheurs français de l’Inserm, de l’Institut Gustave Roussy et de l’Université Paris-Sud en collaboration avec la start-up TheraPanacea ont perfectionné les facultés d’une intelligence artificielle à évaluer les chances de traitement en fonction des images de scanner.

La multinationale Google a mis au point un scan de rétine dont les résultats interprétés par une IA contribuent à identifier les risques de maladies cardiaques. L’entreprise MedyMatch travaille de son côté sur une technologie d’intelligence artificielle permettant de réduire les risques derreurs sur le diagnostic des différents types d’AVC en repérant avec précision et rapidité les zones atteintes du cerveau.

 

Tous ces progrès passionnants de la médecine nécessitent la participation de spécialistes informatiques et de l’intelligence artificielle. Au travers de ses formations, l’AFORP vous offre toutes les cartes pour relever les nombreux défis qui vous attendent.