Accueil > Les données industrielles, le chaînon manquant

Les données industrielles, le chaînon manquant

Toujours plus grand, le volume de données industrielles est loin d’être pleinement exploité. La Commission européenne compte bien ne pas laisser cette précieuse source de valeur s’échapper en travaillant sur un nouveau cadre juridique. Le Data Act va donc prendre forme pour partager équitablement les données issues des objets connectés. Lobjectif est de favoriser l’activité et linnovation des entreprises de toutes tailles.

Avec des formations variées, l’Afti Numérique prépare ses étudiants aux nombreux métiers du Big data. Différents cursus en alternance sont proposés pour gagner en compétence et en expérience :

 

Quel est le contenu de cette proposition ?

Électroménager, montres, voitures et bien d’autres, les objets connectés se multiplient dans notre quotidien. Ils sont la source d’une quantité impressionnante de données industrielles qui sont actuellement collectées par les fabricants. Cette propriété reste pour le moment juridiquement floue et le Data Act est là pour y apporter un cadre clair et précis.

Selon Bruxelles, on parle ici de toute représentation numérique d’informations, de faits ou d’actes, sonores, visuels ou audiovisuels. Les données personnelles seront toujours encadrées par le RGPD. Pour éviter de perdre le potentiel de ces données, le Data Act tend à en harmoniser l’accès auprès des entreprises, organismes publics et particuliers.

Les fabricants dobjets connectés auront dorénavant lobligation de partager gratuitement les données collectées avec leurs utilisateurs. Ces derniers pourront alors s’ils le souhaitent les partager à leur tour avec une autre entreprise sous certaines conditions.

Les entreprises privées seront également tenues de rendre accessibles certaines données industrielles dans des conditions particulières « au nom du bien public ». Cette motion fait référence à la situation de crise sanitaire. Elle pourra également être appliquée au profit des diverses entités publiques, dans le but de faciliter la gestion administrative d’un État.

Le cloud est également un point essentiel du Data Act. Des standards d’interopérabilité vont être définis pour simplifier le changement de fournisseur des clients privés ou publics.

Quels sont ses enjeux des données industrielles ?

Dans toute l’Union européenne, près de 80 % des données collectées ne sont pas exploitées. Un manque à gagner considérable qui représente de 270 à 300 milliards d’euros de produit intérieur brut (PIB) supplémentaire d’ici à 2028. Avec le Data Act, la Commission européenne souhaite permettre à toutes les entreprises de profiter de ce potentiel de croissance et d’innovation. Ceci grâce à un partage plus équitable du marché de la donnée. De cette manière, les PME pourront elles aussi en bénéficier. Abordable, le coût pour accéder à des données industrielles utiles se limitera dorénavant aux dépenses liées à leur transfert. De leur côté, les fabricants ne pourront plus imposer leurs conditions avec des clauses contractuelles qui ne sont pas équitables.

Le propriétaire d’une voiture connectée pourra choisir plus facilement un service de réparation autre que le constructeur. Il pourra par exemple partager ses données avec sa société d’assurance. Ces dernières pourraient également alimenter le développement d’innovations dans le domaine de la sécurité routière.

Un partage plus équitable régi par le Data Act va se montrer bénéfique pour les entreprises des divers secteurs d’activité. Les données des équipements industriels connectés vont pouvoir contribuer à optimiser la productivité des usines, la gestion de la chaîne d’approvisionnement et les divers cycles opérationnels. Un tout nouveau cadre européen qui va encore augmenter la recherche de profils informatiques pour mettre en place et gérer les systèmes de partage et d’analyse de données.

Accès aux événements
Journée Portes Ouvertes - Samedi 2 juillet